top of page
  • Jo M. Sekimonyo

Cuba : modèle de révolution sans revalorisation

Dans le monde francophone, particulièrement en RDC, je suis souvent considéré à tort comme un économiste ou à moitié correctement identifié comme un philosophe. Je suis en fait le mélange des deux, l’économie et la philosophie, un économiste politique. Leur manque d’appréciation pour mon genre de tourment est principalement dû au fait que ce coin hérite d’une conclusion qu’il ne projette jamais contestée. C’est ainsi que je tolère ce que je considère comme une dévaluation.

Il convient de noter que le dialogue autour du monde mieux sur la meilleure voie et de nouvelles façons de relier les systèmes économiques et les systèmes politiques ne fleurissent pas. Il se heurte à de vieilles convictions fondées sur des préjugés ignobles et des concessions anciennes devenues archaïques et dérisoires. La preuve que vous trouvez des copies physiques de mes livres dans les librairies est un mince espace de solitude souvent avec Karl Marx.

L’économie politique cogite sur des « principes », concepts qui servent de fondement à un système de croyance ou de comportement. Alors que l’économie établit des « règles », une déclaration faisant autorité sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire dans une situation spécifique. Elle clarifie, délimite ou théorise des principes.

Là où l’économie politique est obsédée par la génération de la prospérité et la façon de la partager, l’économie met en œuvre sans cœur comment le faire. Ou encore, là où l’un est l’art de chercher des preuves, l’autre est la science de prouver la conclusion.

Par conséquent, la pensée critique est un mode de vie pour un économiste politique tout comme pour un physicien. Alors qu’un économiste, comme un médecin, doit mémoriser des modèles et des arguments. C’est ainsi que la première demande beaucoup de culot car la vérité, l’injustice et la réalité sont toutes multidimensionnelles.

Guantanamera…

Quand on parcourt des kilomètres, qu’on traverse l’Islande pour voir des macareux, est-ce pour réaffirmer qu’ils existent ou que nous existons ? en tant que chercheur, la vie est une collection individuelle de souvenirs en voie de donner un sens aux autres.

Je suis déjà allé à Cuba à quelques reprises à des fins de recherche, notamment sur le racisme et les défis de développement économique de l’île. Il s’agit cette fois de collecter des données socio-économiques et de les relier à l’histoire humaine dans l’exercice d’évaluer et d’analyser comment ce pays communiste s’y prend pour se remettre des chocs du COVID-19 sur son économie.

On me demande souvent quels sont les points communs entre Cuba et la RDC.

Ce sont les deux nations où la Rumba traverse l’identité nationale. Tout comme les Congolais Il y a aussi le fait que les Cubains camouflent l’humiliation socio-économique à travers des vêtements ou dirons-nous qu’ils sont des sapeurs alors que leurs élites jouissent de l’illusion de l’opulence.

Une traversée de Cuba est un petit saut dans une dangereuse contradiction romantique d’un modèle de révolution sans revalorisation. Cet état de fait dans lequel cette île se retrouve coincée, comme tous les tiers-mondistes peu après avoir fêté son indépendance peu après avoir fêté leur indépendance, donne quelques indices au problème qui obscurcissent le chemin de la solution.

Memo aux cubains et aux autres tiers-mondistes : la pauvreté, comme la misère, n’est pas une excuse pour ne pas voir d’humanité chez les autres qui ne vous ressemblent pas ou qui ne vivent pas dans la même condition.

Le puzzle

Pour le capitaliste, tout passe par l’accumulation individuelle de richesse par tous les moyens. Les socialistes implorent la compassion tandis que les communistes appellent tout le monde à contribuer et à obtenir le même montant de la symphonie du marché. Tandis que l’éthosisme soutient que la récompense devrait être en pourcentage du butin par la qualité des moyens de participation ou d’implication dans une entreprise. Le rôle assigné à l’Etat sur le marché et le soubassement des récompenses situent essentiellement la différence entre ces principes qui donnent le ton et le goût des théories économiques.

L’économie politique coloniale est-elle une émanation du capitalisme ? Je soutiens que ce n’est pas le cas. C’est une bête d’un autre genre car elle n’est pas centrée sur l’accumulation individuelle de richesses, mais plutôt sur l’exploitation massive pour transférer la richesse d’une nation à une autre.

Pour être clair, ce n’est ni le socialisme ni le communisme malgré certaines revendications par la naïveté des aveugles ou l’arrogance des borgnes d’entre eux.

Et donc, les principes des économies politiques dominantes ne s’appliquent donc pas au tiers-monde. Mal diagnostiquées, ses élites qui tentent de se débarrasser d’une maladie que leur nation n’a pas tout en se réfugiant dans l’ombre des motivations coloniales.

En ce qui concerne Cuba, la question fondamentale pré-covid toujours d’actualité : une nation peut-elle créer de la prospérité et bien la partager sans passer par l’accumulation individuelle de richesses ? Oui. Mais la machine pour une telle étape doit être constamment purifier et raffiner. Ce n’est pas le cas de Cuba.

L’île embrasse le capitalisme avec sa propre touche. Cela a transformé les Cubains en capitalistes brutaux. La diaspora cubaine ne veut pas revenir alors que tous les Cubains de l’île complotent pour partir. Ce mélange rend un plan de développement à long terme difficile, voire impossible.

Deux pas en arrière avant de sauter

Pour rappel, bien qu’ignoblement raciste, le Nord-Africain du XIVe siècle Ibn Kaldun devrait être reconnu comme le père de l’économie politique car nombre de ses théories sont bien en avance sur Adam Smith et Ricardo et ont jeté les bases de la voix de John Maynard Keynes. Eh bien, il a également introduit le mot asabiya, sentiment de groupe ou conscience de groupe, pour expliquer le tribalisme ou, s’il se regardait dans le miroir, ironiquement, le racisme.

Plus important encore pour la reconnaissance, l’utilisation des coquillages nzimbu comme monnaie dans le royaume Kongo au XVIIe siècle démontre que des dialogues d’économie politique ont eu lieu dans ce qui est décrit aujourd’hui comme un monde sombre et non civilisé.

Les tiers-mondistes misent à juste titre sur la démocratie pour rendre leur monde aussi humainement moderne que les autres partis tout en minimisant le fait qu’il s’agit d’un marché d’idées, comme je ne cesse de le crier. Qu’est-ce qu’un marché sans rien à vendre ? Ou avec tout le monde offrant les mêmes produits périmés importés ou services obsolètes ? Peu importe combien on est autorisé à crier, même sans aucune restriction sur le nombre de personnes autorisées à participer, les thèmes plutôt que les motifs des coups de gueule déterminant le changement recherché dans l’amélioration de la vie dans une société sont essentiels.

Il devrait être clair maintenant que l’approche paresseuse d’essayer de construire sur des principes hérités de la colonisation ou adoptés par des fanatiques dans le cas de Cuba ne sortira pas ces nations de la gouttière sociale et surtout économique. Il n’y a pas d’autre moyen d’inscrire l’agenda politique et les schémas économiques au profit des tiers-mondistes sans qu’ils prennent du recul pour d’abord reformuler leurs propres principes, établir leur propre anticonformiste consensus d’économie politique. Sinon, il faut vite apprendre la manière moderne de tricher à bon escient comme les autres comme les chinois ont fini par le faire.

Jo M. Sekimonyo

Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

4 vues0 commentaire
bottom of page