top of page
  • Jo M. Sekimonyo

Exclus du récit du film American Fiction

Dans le film American Fiction, la quête pour dévoiler les complexités raciales est une danse artistique. Elle défie les paradigmes culturels profondément enracinés au sein de l'industrie éditoriale américaine, spécifiquement parmi les Américains. Pourtant, au milieu des rires, elle suscite une réflexion : qu'en est-il de ceux d'entre nous travaillant dans la même industrie et considérant également l'Amérique comme leur foyer ?

 

Entrez dans mon monde, où moi, marchand d'idées né au Congo, façonné aux États-Unis et embouteillé globalement, m'engage dans une escapade littéraire. On dirait que j'ai subi des chirurgies plastiques métaphoriques pour atténuer ma nature peu attrayante, allant jusqu'à tronquer mon nom en pseudonyme. Mon premier livre a subi des changements de titre, s'adaptant à différents goûts. Il est intrigant de constater que les gens sont surpris que je n'écrive pas avec un accent ou que je ris fréquemment. Ils comprennent l'ambiance de mes écrits mais échouent à la connecter avec la voix derrière les mots.

 

Je ne suis pas une Dambisa

Contrairement à la fiction, où l'arsenal pour amplifier les caricatures est vaste, la non-fiction fait face à une boîte à outils restreinte, ouvrant la porte à des perceptions déformées de la mission et du public, présentant ainsi un dilemme psychologique pour l'écrivain, semblable à tout artiste.

 

L'économie politique réside souvent dans les coins les moins captivants, sa tablette discrètement dissimulée dans les sections les plus obscures et assourdies d'une librairie. Dans la bulle occidentale, et reflété dans d'autres sphères, le défi pour un écrivain africain en économie politique va au-delà de la simple représentation en tant que voix non blanche ou africaine. Il implique de naviguer habilement les complexités pour aborder les préoccupations mondiales tout en résistant à l'attraction gravitationnelle des critiques sur l'Afrique, préférant parler au monde du monde.

 

En tant qu'Africain, surtout du Congo démocratique, une nation classée meilleure au pire, entreprendre le voyage pour proposer des solutions cérébrales, telles qu'un nouveau système économique et politique, revêt l'apparence d'un quasi-péché — une entreprise audacieuse et peut-être excessivement ambitieuse visant à sauver l'humanité de ses prédicaments contemporains.

 

Traumatisme

Dans le film, la brève altercation entre les personnages Monk et Sinatra illustre vivement la frustration des auteurs noirs luttant pour dépeindre une narration de la vie noire dépassant les limites de la difficulté, de la lutte et de la douleur. Malgré cette scène, la sensation persistante demeure, indiquant que mon traumatisme est toujours négligé, sinon exclu, de l'histoire.

 

Il y a une certaine ironie quand je demande pourquoi une librairie grand public présente mes livres sur son site web mais ne stocke aucune copie sur ses étagères. Initialement, il y a une sensation palpable d'être mis de côté. Après avoir soulevé la question avec persistance, ils finissent par faire une recherche rapide sur Google et y regardent de plus près. Je peux discerner la surprise sur leurs visages. Cependant, je m'abstiens d'explorer ce qui suscite soudainement leur affabilité envers moi par la suite.

 

Ces rencontres ne sont pas toujours propices à l'humour, pour ainsi dire ; parfois, mon innocence est brisée.

 

Je me souviens vivement d'être entré dans une librairie historique noire, cherchant à susciter la curiosité des jeunes esprits sur l'économie politique en leur offrant l'un de mes livres. En réponse, la propriétaire, avec un livre intitulé "bae for me, bae" exposé sur le comptoir, a réfléchi à la question. Cependant, je n'ai plus jamais eu de ses nouvelles.

 

Objectif ciblé ou objectif de la cible ?

Dans mes écrits, je déclare : "Je répands mon évangile et mes contradictions non pour plaire, mais pour convoquer la probité contemporaine et cultiver la sollicitude envers l'injustice et les constructions sociales et politiques économiques obsolètes." Cependant, une critique sur Amazon écrit, "...En bref, je n'aime vraiment pas être accusé de quelque chose auquel je n'ai aucune implication, et ce livre en regorge."

 

Alors que je peaufine mon prochain livre, je suis tenté de tout reconsidérer après avoir regardé American Fiction. En réfléchissant sur la manière dont "A Million Little Pieces" a propulsé James Frey sur le show d'Oprah deux fois, même si la deuxième fois pour discréditer son œuvre non romanesque, tandis que le mémoire de Michelle Obama est rapidement monté en tête des meilleures ventes, je médite sur les dynamiques en jeu. Que possède-je, caché sous mes manches, pour évoquer de l'empathie du monde occidental ? Je ne suis pas un adolescent pâle ; je n'ai jamais enduré de coup de feu à la tête ni été un enfant soldat. Mon enfance, bien que dramatique, est primitive. L'obstacle empêchant ma candidature présidentielle en 2023 était plus comique que tragique. En ce sens, mon répertoire reste dépourvu de contes poignants.

 

Le film American Fiction n'a pas seulement posé un défi à ma raison d'être en tant qu'auteur, mais curieusement, sa simple existence renforce l'idée que le parcours pour des individus comme moi, ni blancs ni américains, est moins redoutable, voire plus gérable, que dans les ères précédentes aux États-Unis. Cependant, une exploration plus approfondie et indubitablement douloureuse est nécessaire lors de la contemplation de la perspective mondiale.


Jo M. Sekimonyo

 

Écrivain, théoricien, défenseur des droits de l'homme et économiste politique

333 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page