• Jo M. Sekimonyo

L’avenir du Rwanda et du régime de Paul Kagame repose aujourd’hui entre les mains du Tshisekedi

C’est dans des circonstances difficiles et complexes que le président Félix Tshisekedi a trouvé la RDC. Depuis son entrée en fonction en 2019, sur le plan diplomatique, Tshisekedi a joué le rôle du Père Noël dans sa tentative de réparer et de renforcer les liens avec les voisins du pays et de construire la paix. Ses efforts par le biais de la diplomatie régionale et des pourparlers bilatéraux ont été justifiés comme une bouffée d’air frais pragmatique et bienvenue.

Pour citer un exemple, en rejoignant l’EAC, la RDC a augmenté la population du marché du bloc d’environ 50% à 280 millions et l’a étendu de l’océan Indien à l’océan Atlantique. Les gains économiques de cette décision sont énormes pour les pays membres autres que la RDC.

Le Rwanda, en particulier, a largement bénéficié de la diplomatie économique du président Tshisekedi pour ramener la paix dans l’est de la RDC. 3 ans plus tard, c’est clair, il n’y a pas de doute, le Rwanda a soutenu le groupe terroriste M23 pour attaquer la RDC. Au dire de tous, l’approche n’a été la bonne pour ne pas dire échoué.

Diplomatie

Les accords commerciaux bilatéraux et multilatéraux visant à promouvoir la collaboration sont des outils diplomatiques essentiels grâce à l’utilisation de l’économie pour atteindre les objectifs de politique étrangère.

Au même niveau, moyen de coercition non militaire, l’objectif principal de la sanction économique est de modifier le comportement de la cible du régime d’un pays. Il convient de noter que la réciprocité est un aspect important de la diplomatie coercitive, ou la capacité de la nation ciblée à répondre à la pression étrangère avec ses propres contre-sanctions ou à employer des contre-mesures économiques contre l’expéditeur.

On peut dire que si l’accord commercial est une carotte diplomatique, la sanction économique est le fouet de la diplomatie.

Clé boa

La guerre et les activités terroristes ont toutes deux besoins d’argent. A travers les accords commerciaux bilatéraux et multilatéraux avec ses voisins de l’Est, la RDC a non seulement alimenté leur appétit pour voler et piller, mais a financé leur capacité à le faire.

Cependant, dans son discours prononcé à l’occasion de la fête de l’indépendance de la RDC, le 30 juin, le président Tshisekedi a donné quelques indices qu’il comprenait que trouver une solution durable pour rétablir la paix à l’Est, notamment en ce qui concerne le Rwanda qui est le principal instigateur des problèmes, il faut passer de la carotte au fouet ou devrais-je dire, faire une guerre économique.

En dénonçant continuellement à haute voix que le M23 est un groupe terroriste soutenu et financé par le Rwanda, il fait du régime de Paul Kagame un dilemme particulièrement difficile pour les donateurs occidentaux. Les principaux donateurs internationaux, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et l’Allemagne, ont suspendu le financement du Rwanda en raison de ces allégations.

De l’autre côté, et aussi critique pour la guerre économique, l’économie rwandaise, la nation et son peuple, est fortement dépendante de la RDC, alors qu’en analysant le sens inverse, elle est tellement négligeable. L’annulation des accords avec le Rwanda fait grincer des dents au-delà de la région.

Carrefour

Le président Tshisekedi est aujourd’hui en position de faire tomber le marteau financier le plus lourd sur l’économie rwandaise et, par conséquent, de mettre en péril le régime de Paul Kagame.

Que cela suffise à forcer Paul Kagame à changer de cap en tant que fauteur de troubles en RDC est une autre affaire. Il existe de nombreux exemples en Iran et en Russie, par exemple, où les sanctions économiques ont causé beaucoup de douleur aux citoyens ordinaires, mais les dirigeants sont simplement allés de l’avant et ont fait ce qu’ils voulaient. On voit bien aujourd’hui Kagame refuser la bouée de sauvetage tendue par Kenyatta lors des dernières manœuvres à Nairobi.

Mais Paul Kagame n’est pas Poutine et il est risible d’oser même comparer économiquement le Rwanda à la Russie.

Le Rwanda a surestimé sa préparation économique, tout comme il a sous-estimé le contrecoup d’un déchaînement prolongé du groupe terroriste M23 contre la RDC. L’idée que le Rwanda avait véritablement modernisé et fortifié son économie pour résister aux sanctions s’avère être une sorte de mythe.

Il existe un moyen de vraiment mettre la pression sur toute l’économie rwandaise en limitant la capacité des congolais et des entreprises enregistrées en RDC à faire des affaires avec des Rwandais ou des entreprises enregistrées au Rwanda. Cependant, puisque l’avenir du Rwanda et du régime de Paul Kagame repose aujourd’hui entre ses mains, et nous verrons si le président Tshisekedi les serrera dans sa main jusqu’à ce qu’ils les écrasent ou aient pitié d’eux.

Pendant ce temps, Paul Kagame ne montre aucun signe de recul, le bilan des vies gâchées continue d’augmenter à volonté et des centaines de milliers de Congolais cherchent refuge à l’intérieur et à l’extérieur du pays tout en endurant de tourments et des humiliations imaginables. En plus de cracher sur la notion de droit à une vie et à des moyens de subsistance dignes des Congolais, car au 21e siècle, le capital humain est la clé de développement d’une nation, on ne saura décrire sans être écœurer la conséquence sur l’économie de la RDC.

Jo M. Sekimonyo

Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

0 vue0 commentaire