• Jo M. Sekimonyo

La fouille : faits et chiffres (Tribune Jo M. Sekimonyo)

C'est avec un grand sens du contenu qu'un critique social peut rester une lumière ambiante, en particulier dans une pièce remplie d'oiseaux moqueurs, connus pour leur capacité à tout imiter, des sirènes aux grillons en passant par d'autres espèces. d'oiseaux. Encore une fois, entre les moqueurs et les perroquets, lesquels sont les moins toxiques pour l'imaginaire des âmes délirantes ?

Malgré l'absence de théorie et de preuves impartiales, les habitants du tiers -monde ont toujours été assurés qu'une dette nationale élevée est un péché mortel. Tout en brandissant le fouet du FMI et de la Banque mondiale, leurs anciens propriétaires et les nouveaux bons nègres continuent de leur faire croire que lorsque la dette publique d'un pays atteint 90 % de son produit intérieur brut, la dette publique devient un fardeau qui ralentit la croissance économique et du revenu national et augmente le risque de catastrophe budgétaire.

La prescription pour une fois que la dette a atteint de tels niveaux, un gouvernement devrait réduire les dépenses et privatiser les entreprises publiques tout en étouffant ses citoyens pour augmenter les revenus de l'État afin de réduire le fardeau de la dette et de déjouer les pires problèmes sociaux.

Il n'est donc pas surprenant de les rassembler et de leur prêcher le contraire, une dette de mille milliards de dollars devrait être l'objectif d'une nation comme la RDC ou Haïti, être vue comme un signe clair de folie.

La grande majorité de ceux qui ne fuient pas cette masse semblent inconscients de la complexité du casse-tête, pose la question "comment" en espérant une réponse rapide et courte. Ceux qui réalisent cela demandent plutôt "pourquoi" et s'assoient et se détendent.

Des contradictions cachées à la vue de tous

Google nous rend-il stupides ? si nous sommes déjà stupides. Pour le reste, il apporte des faits et des chiffres à portée de main. Quoi qu'il en soit, c'est un tour de montagnes russes à travers un labyrinthe inondé d'informations détaillées de toutes sortes.

Ériger deux graphiques faciles à lire a nécessité des tonnes de frappe sur l'ordinateur portable et le smartphone, mais aussi la reformulation des questions encore et encore, et des nuits blanches à passer au crible les données du FMI, de l'ONU, puis de Global Firepower qui suit la dette extérieure de chaque nation, la dette publique et la dette privée seraient dues à des tiers (principalement la communauté internationale).





Quand on compare les deux tableaux, on voit que les pays les plus riches en termes de PIB sont aussi de loin les pays les plus endettés en termes de dette extérieure.

Les 21 pays les plus endettés ont une dette mondiale de 73 000 milliards de dollars, soit plus que la somme de leur PIB (72 000 milliards de dollars), et une dette moyenne de 3 500 milliards de dollars chacun.

En revanche, les moins endettés ont au total 50 milliards de dollars, soit 1/6 de leur PIB (311 milliards de dollars), et en moyenne 2 milliards de dollars ce qui est dérisoire par rapport aux plus endettés.

Pire encore, sur les 21 pays les plus endettés, 16 sont au-dessus de leurs têtes en ayant plus de dette extérieure que la valeur estimée de leur économie (PIB). Ce groupe a une dette moyenne proche de 3000 milliards de dollars. Alors que, dans le même cas, il n'y a qu'un seul des 21 pays les moins endettés, et il doit 2 milliards de dollars.

C'est ainsi que l'on peut dire que les plus endettés qui se trouvent être les plus développés et les plus riches en termes de PIB sont en très mauvaise posture par rapport aux nations les moins endettées qui sont toutes parmi les plus pauvres du tiers-monde.

Cependant, les lignes directrices pour un pays du tiers monde confronté à cette situation vont à l'encontre de la sagesse observée dans la partie développée du monde.

Le tableau 1 et la frénésie des dépenses pour prévenir ou contenir les embarras économiques tels que ceux déclenchés par le COVID, indiquent que les règles et les remèdes imposés aux pays pauvres sont ignorés par les pays développés lorsqu'il s'agit de maintenir la sécurité sociale. et la situation économique de la plupart des personnes vivant à l'intérieur de leurs frontières.

Il en va de même pour la transition de la Chine vers une plus grande dépendance des consommateurs, qui repose à son tour sur une forme d'endettement, l'endettement des ménages.

Le tableau 2 et l'attitude générale dans le Tiers-Monde à l'égard d'une dette nationale élevée montrent la naïveté des pays pauvres en PIB, qui se trouvent également être les moins endettés, en matière de tactiques de développement social et économique. au 21ème siècle.

Par où commencer pour craquer ou profiter du système truqué

Un ou deux sièges au Conseil de sécurité de l'ONU ne sont pas la solution. Au contraire, dissoudre la Banque mondiale et tirer les leçons de l'injustice des droits de tirage spéciaux de chacun, accroître l'influence des pays du tiers monde au sein du FMI en reconfigurant cette institution, contribuera à décoloniser les règles du jeu au sens commun.

Le "pourquoi" n'a pas encore été entièrement expliqué. Cependant, je dois une pause aux curieux et aux pessimistes.

Jo M. Sekimonyo – Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

2 vues0 commentaire