• Jo M. Sekimonyo

La richesse des nations au XXIe siècle : astuces et tactiques (Tribune Jo M. Sekimonyo)

La richesse des nations, livre écrit par Adam Smith, philosophe moral écossais, initialement publié au XVIIIe siècle, décode la relation entre le travail et la production de la richesse d’une nation et dans lequel affirme que la richesse est créée par le travail productif, et que l’intérêt personnel motive les gens à tirer le meilleur parti de leurs ressources.

Au 21e siècle, toutes les économies en plein essor sont alimentées et soutenues par la dette. Les pays développés utilisent la dette pour protéger des aspects précieux et proliférer les excès de la vie et maintenir une grande classe moyenne pour désamorcer les troubles civils à l’intérieur de leurs frontières.

Cependant, la raison de cette capacité n’est pas claire ou déformée dans les analyses économiques publiées par les organisations financières internationales ainsi que par les principales voix du développement économique.

Rythme cardiaque différent

La composition de la dette des nouveaux membres du club fermé comme la Chine est différente de celle des autres pays développés.

Depuis le début du 21e siècle, la croissance de la Chine a été tirée par des investissements massifs dans les infrastructures et l’immobilier parrainés par le gouvernement et financés par la dette, principalement fournis par des banques appartenant au gouvernement.

Dans la Chine communiste, le secteur des entreprises représente une grande partie de la dette totale. Pendant ce temps, la dette publique représentait la plus grande part de la dette totale aux États-Unis, en France et au Japon, ironiquement fervents partisans de la concurrence bestiale du capitalisme.

Un boom économique alimenté par la dette et le sillage de la crise financière mondiale ont aidé la Chine à dépasser le Japon en tant que deuxième économie mondiale en 2010. Depuis lors, la Chine tente de rattraper et de dépasser les États-Unis, le numéro un.

Exceptionalisme américain

Il est beaucoup plus facile de gérer les dettes libellées dans votre propre devise.

Un pays comme la RDC, l’Argentine ou l’Inde qui doit de l’argent à d’autres pays, doit payer des intérêts dans une devise étrangère (le dollar américain) qui les met dans une inquiétude perpétuelle et peut-être forcé de faire défaut sur sa dette.

D’autre part, le gouvernement américain paie des intérêts en dollars américains. Même si une partie de la dette est due à des étrangers, les États-Unis n’ont pas besoin d’obtenir des devises étrangères pour la payer ; ils peuvent juste l’imprimer.

Et tant que d’autres continueront avec enthousiasme à détenir des obligations du gouvernement américain, il n’y aura aucun besoin de les payer, au lieu de cela, la dette pourra être reconduite à mesure que de nouvelles obligations remplaceront les anciennes.

Le bénéfice caché du mécanisme

Il y a lieu de s’irriter de la dette colossale que continuent d’accumuler les pays développés, comme les Etats-Unis qui doivent 20 000 milliards de dollars de dette extérieure, les Britanniques 8 000 milliards de dollars, les Français 6 000 milliards de dollars et les Chinois 2 000 milliards de dollars.

Ce qui est troublant, c’est le montant et le niveau de la combinaison de tous les prêts étudiants, soldes de cartes de crédit, prêts automobiles et autres types de marges de crédit et de dettes hypothécaires contractés par leurs ménages.

Les États-Unis sont de loin le leader ici avec une dette intérieure de 14,6 billions de dollars. Il n’est pas surprenant que la Chine arrive en deuxième position avec ses 10 200 milliards de dollars, puis le Japon avec un encours total de 3 400 milliards de dollars. Vient ensuite le Royaume-Uni avec 2,7 billions de dollars. L’Allemagne et la France suivent avec respectivement 2,3 billions de dollars et 2,2 billions de dollars. Le Canada et l’Australie ont chacun 1 900 milliards de dollars d’endettement des ménages, la Corée du Sud 1 800 milliards de dollars, l’Italie 1 100 milliards de dollars et les Pays-Bas et la Suisse 1 000 milliards de dollars chacun. L’Espagne est juste à côté de la liste des billions avec 918 milliards de dollars.

En 2020, la dette totale moyenne des ménages américains était de 92 727 $. Les prêts étudiants et les prêts et baux automobiles contribuent pour plus de 1,5 billion de dollars et 1,3 billion de dollars, selon les statistiques sur la dette des ménages.

Une fois le brouillard dissipé, on se rend compte que ce ne sont pas seulement les gouvernements des pays développés qui disposent de cet outil de fraude, le surendettement, mais aussi leurs résidents.

Pourquoi la dette des ménages et des États dans ces pays peut-elle atteindre des montants aussi faramineux ? La synchronisation entre des valeurs inventées ou calibrées comme le PIB ou le salaire minimum et les dettes réelles.

Vaches

Pour 2021, l’Organisation pour la coopération et le développement économiques a indiqué que le Danemark a le ratio dette/revenu des ménages le plus élevé au monde, 258,60 %. Et que la Norvège et les Pays-Bas arrivent juste après avec 245,97 % et 230,42 % chacun. La Suisse, l’Australie, la Corée du Sud et la Suède complètent la liste des pays avec un taux d’endettement des ménages supérieur à 200 %, avec respectivement 221,77 %, 202,14 %, 200,70 % et 200,43 %. Le ratio dette/revenu des ménages américains est de 101,11%, un peu plus celui de l’Allemagne, 99,30%.

Pour que les nations pauvres les rattrapent en termes de taille de la dette des ménages et en profitent, augmenter le ratio dette/revenu des ménages ne fera pas tout à fait l’affaire.

Pour mieux illustrer cela, si le taux d’endettement des ménages est fixé à 258,60 % pour les résidents des pays à faible revenu, cela ne signifiera rien dans des pays comme la RDC qui a un revenu médian estimé à 395 $/an ou le Turkménistan, 706 $/an.

Il est clair que les pays où l’endettement des ménages est très élevé sont ceux qui ont les revenus individuels les plus élevés, et dans la plupart des cas le plancher étant fixé haut par le salaire minimum, sans plafond.

Burger King et McDonald’s, les célèbres fast-foods, paient les travailleurs, qui sont pour la plupart des adolescents, 20 dollars de l’heure au Danemark.

Le salaire minimum en Australie – 14,54 $/h, Royaume-Uni 11,37 $ (2 087,2 $/mois), Allemagne – 10,68 $, Canada – 10,33 $/h (1 550,9 $/mois), Corée du Sud – 8,99 $/h (1 646,9 $/mois), Espagne – 7,30 $/ h (931,6 $/mois), États-Unis – 7,25 $ US/ h (1 256,7 $/mois).

Alors que dans le groupe le moins endetté, le salaire minimum mensuel est horrible, comme en Afghanistan – 70,8 $, Madagascar – 49,0 $, République démocratique du Congo – 39,6 $, Libye – 160,4 $, en Sierra Leone – 55,5 $, en Haïti – 160,4 $.

La charrue

Un parallèle peut être établi entre le plancher salarial et les recettes publiques et projeter la même ironie entre les nations les plus endettées et les moins endettées.

Compte tenu de l’accès rapide aux données, nous pouvons scruter 2017.

Parmi les pays les plus endettés, les revenus du gouvernement américain étaient de 3,315 milliards de dollars, l’Allemagne – 1,665 milliard de dollars, le Japon – 1,714 milliard de dollars, le Canada – 649,6 milliards de dollars, la Chine – 2 553 milliards de dollars. dollars.

Alors que pour les moins endettés, les revenus en Afghanistan étaient de 2,276 milliards de dollars, à Madagascar – de 1,828 milliard de dollars, au Niger – de 1,757 milliard de dollars, en République démocratique du Congo – de 4,634 milliards de dollars, en Haïti – de 1,567 milliard de dollars.

Il faut ajouter que les pays très endettés ont des déficits publics très élevés.

Rien qu’en 2020, le déficit était aux États-Unis -3,8 billions de dollars, en Chine -1,7 billion de dollars, en Allemagne -0,3 billion, au Japon -0,6 billion, au Royaume-Uni -0,4 billion.

À ce stade, il est juste de se demander comment, au 21e siècle, le niveau de vie d’une nation peut-il être propulsé ? eh bien, les bœufs doivent d’abord brouter beaucoup de vraie herbe verte, ou pour dire devenir une nation à revenu élevé, puis mettre les bœufs bien nourris avant la charrue.

Il est utile de comprendre par où commencer dans la dernière partie du 21e siècle pour construire un immense château de cartes socio-économiques ; relever le plancher, le salaire le plus bas autorisé par la loi ou par convention spéciale. Celle-ci étant la valeur nominale minimale, en monnaie locale ou en $, attachée à un être humain vivant sur un territoire, les tiers- mondistes doivent se convaincre qu’ils sont dignes de s’offrir des services modernes et le mode de vie des économies avancées.

Profiter du système socio-économique mondial truqué de manière inclusive, de préférence le tour de magie ancré à un taux de chômage inférieur à 10%. Cela représente un défi supplémentaire aussi délicat que le premier pas dans la bonne direction.

Cependant, si l’on est sans peur et sans cœur, il y a la voie chinoise ; pompe directement dans les veines de l’économie nationale des barils de stéroïdes fabriqués dans sa propre cour, et reste dans la salle de gym jour et nuit pendant au moins une génération pour façonner ces muscles économiques dans une forme raisonnable ou tolérable, et devenir « Too Big To Fail « .

« Quand les faits changent, je change d’avis. » a avoué Thomas Sowell. Pour tourmenter les âmes du tiers-monde, je dois leur poser la question de John Maynard Keynes : « Que faites-vous, monsieur ? »

Les pays développés (également tous les plus endettés au monde) ont depuis longtemps identifié l’endettement croissant comme une menace potentielle pour leur stabilité économique. Ceux qui y vivent, même les immigrés des pays les plus pauvres, s’en fichent ; le statu quo profite à tout le monde. Et pendant leurs campagnes présidentielles, les candidats se sont constamment engagés à réduire la dépendance de l’économie à la dette pour la croissance. Rien n’est fait une fois qu’ils sont au pouvoir.

Dans le monde développé, même en Chine, l’intérêt national ou l’addiction à l’endettement forcent en quelque sorte l’État à se réduire à une structure de soutien permettant à son peuple de faire des folies sur son potentiel financier spéculatif individuel.

Le véritable but de ce long sermon est d’éclairer ceux du tiers-monde pour qui leur gouvernement et leurs soi-disant intellectuels se perdent dans des sophismes et des feuilles de route dépassées, sur la clé du développement social et économique d’une nation au XXIe siècle.

Pour que les nations pauvres rattrapent les nations développées, un boom économique, ou comme je l’appelle la tricherie nationale, est nécessaire.

De nos jours, la richesse des nations ou le niveau de vie d’un pays n’a rien à voir en premier lieu avec la force musculaire des habitants ou leur asservissement ou, disons simplement, leur capacité à produire des biens et des services. Au contraire, il est défini par la capacité d’une nation à saisir et à mettre en œuvre les astuces et les tactiques de l’économie politique du XXIe siècle.

En d’autres termes, le déclencheur du boom économique ne repose pas sur la quantité de capital humain, comme certains le suggèrent, mais sur la qualité des moyens individuels de participation, d’engagement ou d’implication dans cette arnaque.

La qualité des moyens individuels de participation, d’engagement ou d’implication est étroitement liée à la richesse des individus, ce qui au XXIe siècle signifie pour les pays développés toutes sortes de revenus plus toutes sortes de dettes, favorisant ainsi le biais entre hauts revenus et hautes dettes des individus et leur nation afin d’accroître l’accès au capital pour financer l’expansion et le maintien d’une large et prospère classe moyenne, un facteur important dans une nation.

C’est aux gens piégés dans le cercle vicieux de la misère humiliante du tiers-monde de prendre à cœur ce dénouement de l’énigme pour soit amener leur nation à rejoindre la ligue des nations développées, soit exiger l’universalisation de la tricherie. Quelle que soit la voie choisie, elle doit être inclusive en favorisant l’innovation à l’ère numérique et en s’attaquant aux inégalités dans l’accumulation des richesses.

Suite et fin !

Jo M. Sekimonyo – Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

2 vues0 commentaire