top of page
  • Jo M. Sekimonyo

RDC : comment financer la transformation sociale et économique de la nation

La RDC se rapproche de la réalisation de son rêve d’être couronnée le pays où vit et meurt le plus grand nombre de pauvres dans le monde. La synchronisation motivationnelle des aspirations et ambitions primitives, tant au niveau individuel que national, nous y a menés en grande partie.

Le président Félix Tshisekedi était présumé être celui qui a arrêté ou du moins ralenti la course folle de la nation vers le bas des indices sociaux et économiques pertinents. Malheureusement, puisque le dialogue autour de l’élection ne porte pas sur des différences fondamentales dans les idéaux des candidats ou cliques, nous ne pouvions pas réaliser à quel point idéologiquement, tout comme ses prédécesseurs, il a une vision biaisée du premier pas dans la bonne direction.

On peut douter avec un haut degré de certitude que Fayulu ou Shadari auraient pris une autre voie ou même l’économie nationale sur une nouvelle direction car ils sont dans le même courant idéologique qui place l’Etat au centre de l’économie. Ils sont aussi conservateurs.

Ce qu’il faut craindre, c’est que la nation reste figée dans le duel ancré sur la notion de pouvoir face à l’opposition, dans le jeu du « tu dis oui et je dis non » ou du « ôte-toi de là que je m’y mette», entre ces conservateurs au lieu de des affrontements idéologiques avec les libéraux, sur des sujets tels que l’orientation de la politique économique de la nation, ce que signifie être congolais ou le rôle de l’État.

Dans une de mes précédentes tribunes, je vous ai tous implorer la reformulation de la question « pourquoi la RDC est riche et les Congolais sont pauvres » pour demander correctement « pourquoi les Congolais en RDC sont pauvres ». En allant encore plus loin, j’ai donné la réponse, car ils vivent dans un pays à faible revenu.

En cela, le défi est de savoir comment transformer la nation en une économie à revenu élevé. La réponse facile est la modernisation des transactions et des dialogues en RDC. En fait, trouver comment financer la transformation sociale et économique a toujours été le talon d’Achille de tous les schémas du tiers monde.

La pièce manquante du puzzle des temps modernes

L’analyse de la Banque mondiale a indiqué que les pays en développement ont besoin de 2,5 billions de dollars supplémentaires pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies et de 500 milliards de dollars par an pour les infrastructures. Cela dépasse de loin tout ce que les pays en développement peuvent se permettre avec leurs propres ressources en envisageant la solution de manière orthodoxe.

Pour être clair, il existe des raisons structurelles légitimes pour lesquelles les capitaux internationaux évitent systématiquement les marchés des pays en développement. Ils n’ont pas les outils pratiques pour répondre aux exigences des investisseurs exacerbées par la concurrence mondialisée pour les capitaux.

Pour se transformer en une économie à revenu élevé, la RDC doit changer sa façon de penser sur le financement de son développement national. Et ainsi, la nation doit passer du « financement » traditionnel, demandant plus d’aide, à une approche de « financement » en examinant les outils utilisés par le monde développé.

Les principes d’engagement du secteur privé manquent d’un sens moderne en raison d’un manque de compréhension des mécanismes modernes permettant de tirer parti des astuces monétaires modernes à chaque étape de la planification du pays en finançant un pipeline de projets pertinents.

Un peu de magie

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont potentiellement les éléments les plus dynamiques de l’économie de tous les pays en développement. Les obstacles souvent mentionnés à juste titre sont les restrictions légales et illégales. Cependant, ce qu’il convient de noter à propos des politiques de soutien aux PME, c’est que le manque de financement est le principal obstacle à la croissance des PME.

L’économiste belge Maurice Ansiaux , qui a inventé le terme « monnaie scripturale » en 1912, l’a défini comme une « monnaie qui se déplace de compte en compte plutôt que de main en main ».

La monnaie scripturale est créée lorsque les institutions de prêt et les banques d’affaires prêtent de l’argent. Par le biais de prêts personnels, de prêts aux entreprises et de prêts hypothécaires, les banques génèrent des fonds non monétaires supplémentaires qui s’ajoutent à leurs dépôts à vue.

Au cours de la dernière décennie, de nouveaux moyens de paiement dématérialisés ont fait leur apparition. Basés sur les nouvelles technologies, ils ont profondément modifié l’acte physique de payer. Les soldes des comptes bancaires, dont la valeur est déterminée par les scripts bancaires, ont conduit à l’émergence d’une monnaie scripturale, dépourvue de toute existence « matérielle ».

Pour mieux dire, les banques créent de l’argent nouveau chaque fois qu’elles accordent des prêts. Imaginons maintenant qu’il ait été rapporté que la monnaie scripturale représente 80 % de la masse monétaire en euros. Pure moderne triche !!!!

A ce stade, le défi prend une autre dimension ; comment une nation comme la RDC peut utiliser la capacité de créer de l’argent, scripturaire, pour financer son développement.

Chanter comme un rossignole

Augmenter les dépenses publiques dans la poursuite de divers objectifs économiques et sociaux est socialement souhaitable. La monnaie scripturale est sans doute un moyen rapide de financer l’augmentation des dépenses publiques en évitant au gouvernement d’avoir à lever des recettes fiscales supplémentaires ou à concourir pour les capitaux privés en offrant des taux d’intérêt compétitifs sur les obligations d’État vendues aux investisseurs du secteur privé.

Dans cette approche, il n’y a pas de contrainte financière sur les dépenses publiques tant qu’un pays est un émetteur souverain de monnaie et ne lie pas la valeur de sa monnaie à une autre monnaie. La RDC est un émetteur souverain de monnaie. Toutefois, la difficulté est à cibler les secteurs à faible risque de fuite d’argent hors du pays et à fort impact sur la vie courante des Congolais.

La question est de savoir comment aborder les processus de décision et d’approbation lents des banques traditionnelles pour lancer des fonctionnalités et des produits aussi rapidement que les nouveaux entrants ? Néobanque .

Au lieu des diatribes congolaises selon lesquelles les étrangers se sont emparés de toutes les grandes banques, qu’ils apprécient la dématérialisation de l’argent qui a suscité la naissance du concept de néobanque 100% numérique et utilisant des applications et des plateformes en ligne pour servir ses clients, plutôt que branches physiques traditionnelles.

Une carte n’est pas la terre

Il convient de noter que les villes et les gouvernements locaux ont la proximité nécessaire pour mieux fournir des services sociaux et publics qui répondent aux besoins de leur communauté, y compris ceux qui définissent le développement durable, comme s’assurer que les résidents ont accès à une énergie propre abordable, à un travail décent et à la croissance économique.

Tout comme ma requête à la Cour constitutionnelle contre des articles de la loi électorale qui semble faire grincer des dents ou glacer les yeux des institutions religieuses, ainsi que des médias, cette tribune est une autre de mes tentatives de recadrage des idéaux congolais en désenclavent la conscience nationale.

Il est à noter que, vous pouvez rechercher sur Google comment fabriquer une bombe nucléaire, mais cela ne signifie pas que tout le monde peut en fabriquer une. C’est bien de vouloir tricher comme le font aujourd’hui les puissances économiques, encore faut-il en avoir la capacité.

L’expertise et la perspicacité comptent. C’est beaucoup mieux que toutes deux sont chapeautées par des positions et des dogmes idéologiques.

Le bon calibrage de cette tricherie passe avant tout en établissant une pompe pour remplir dignement la poche des congolais, autrement dit la sécurité économique, le SMIG.

C’est ainsi que les élections de 2023, sa pertinence pour la vie quotidienne et les perspectives d’avenir des congolais doit primer sur la crédibilité de cet exercice aux yeux du monde. Dès lors, comme cela implique le sens d’une démocratie, au lieu d’un autre spectacle politique, il devrait s’agir d’un choc des idéologies entre les gardiens du statu quo, les conservateurs qui ne peuvent que tolérer une énième alternance politique, et la contre-élite, les libéraux qui cherchent à imposer un modèle unique de changement sur toutes le lignes.

Jo M. Sekimonyo

Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

6 vues0 commentaire

Comentarii


bottom of page