• Jo M. Sekimonyo

Schéma directeur falsifiés (Tribune Jo M. Sekimonyo)

Les politiques nationales doivent être élaborées sur la base de théories ou de concepts bien compris et débattus par ses citoyens. Dans la plupart des pays du tiers monde, elles sont le résultat d’impulsions politiques primitives, d’illusions nationales ou d’instructions des organisations internationales. Et le fait que le potentiel, le but, la contribution et l’innocence aient longtemps été falsifiés au détriment de l’identification nationale et individuelle aggrave les choses.

Pour exorciser ces maux, les citoyens doivent d’abord savoir qui ils étaient, sont et peuvent être en tant que nation et individuellement au lieu de s’en remettre à tout instant au mépris camouflé de leurs anciennes métropoles qui, au lendemain de leur indépendance, ont enchaîné leur état d’esprit devant des miroirs déformés pour induire perpétuellement une autoidentification erronée.

Potentiel négligé

Les pensées dictent ce que nous vivons.

Des congolais de tous horizons, des soi-disant géants intellectuels aux plus analphabètes, se font l’écho de la question déroutante « pourquoi la RDC est-elle un pays riche, mais ses habitants sont-ils extrêmement pauvres ? ». Toutes les réponses sont aussi entachées que la question elle-même.

Jusque-là, les méthodes de jauger si un pays riche ou pauvre servent à confondre et à prolonger les hallucinations. L’environnement de comparaison entre une économie avancée et une économie en développement ou une nation du tiers monde présente moins de scepticisme. La simplification appropriée est qu’il y a des pays à faible revenu et des pays à revenu élevé.

Le potentiel réel et méconnu de la RDC est ses plus de 90 millions de cerveaux. Plus de 1% de la population mondiale est congolaise et vit dans ce sous-continent. Malheureusement, il existe de fausses indications sur les coupables de la pauvreté généralisée. La honteuse stagnation sociale et économique est accentuée par le fait que s’y ajoute le taux de chômage. Des caractéristiques telles que des soins de santé et une éducation médiocre s’ensuivent et persistent.

Mauvais plan

L’obsession des institutions publiques et des dirigeants politiques de trouver comment augmenter les revenus de l’État qui ne remplissent que le ventre de l’élite médiocre et paresseuse et alimentent leur illusion d’opulence au lieu de privilégier la sculpture cérébrale assombrit toutes les motivations congolaises.

Il est curieux de savoir pourquoi une nation comme la RDC ciblerait l’agriculture, le secteur à très faible revenu, au lieu du secteur des services, en utilisant la tête, qui est la plus pénible et la moins récompensée en termes de revenus ?

Passé intellectuel enfoui

L’apport de l’Afrique noire mis en avant se résume à la puissance musculaire.

Mais déjà au XVe siècle, les Congolais étaient conscients du concept fascinant de la coïncidence des besoins qui est un phénomène économique ou une occurrence remarquable d’événements ou de circonstances où deux parties détiennent chacune un bien ou un service que l’autre désire ; leur moyen d’échange, l’argent, n’était pas non plus primitif. C’est un concept jugé trop sophistiqué pour les Africains quand on y injecte la notion de régulation des dépenses publiques.

Le terme « nzimbu » ricoche dans la rumba congolaise sans dévoiler sa véritable profondeur historique et cérébrale. Mais il avait cours légal au Royaume du Kongo, utilisé pour acquérir un produit ou un service. Au XVIe siècle, le taux de change de 1 nzimbu était de 1 reis (monnaie du Portugal). Ce n’était pas seulement un moyen d’échange, mais aussi la principale source de richesse et de commerce avec d’autres nations et aussi pour réguler les dépenses du gouvernement.

Ceci démontre que les Congolais étaient éclairés sur un pied d’égalité avec leurs contemporains européens sur la mécanique de la monnaie et d’autres notions d’économie politique.

De plus, il y a le plus ancien objet connu contenant des gravures logiques, Ishango , caché ces jours-ci au 19e étage de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique à Bruxelles, et ne peut être vu que sur demande spéciale, ce qui pourrait indiquer que les femmes de Rutshuru , RDC, pourraient bien être les premiers mathématiciens du monde.

L’innocence falsifiée

En parlant de femmes ; l’un a été acheté pour 3 nzimbu , un esclave, au 15ème siècle.

L’histoire de Kunta Kinte , un Africain du 18ème siècle, capturé adolescent, vendu comme esclave en Afrique, transporté en Amérique du Nord continue de captiver des millions d’âmes à travers le monde comme le péché des hommes blancs.

Bien sûr, l’appétit et la passion des Européens pour la traite des esclaves étaient une bête d’un genre différent. Mais la vérité est qu’entre les XVe et XIXe siècles, des hommes, des femmes et des enfants africains ont été capturés au combat ou kidnappés, enchaînés, torturés, traînés sur des kilomètres et des kilomètres, transportés de l’intérieur de l’Afrique vers les marchés côtiers et vendus par d’autres Africains, marchands et dirigeants, aux Européens.

Sur le front oriental actuel de la RDC, des créatures africaines comme Ngongo Lutete , et du côté occidental, l’orientation de développement économique du roi Diogo sont parmi ceux qui ont conduit à la chute de la notion que les Noirs étaient humains.

Toutefois, près de la moitié de tous les captifs transatlantiques viennent d’Afrique centrale.

Le péché des hommes blancs est la colonisation avec la même implication néfaste et durable que la traite des esclaves.

Une mutation morale est nécessaire

Le fait que les Congolais ne voient aucune humanité dans celui qui lui ressemble crée l’indifférence qui a alimenté la traite des esclaves, la colonisation et la dictature dans le passé et maintenant les guerres civiles.

L’histoire nous enseigne quand des étrangers détectent que les gens ne voient pas l’humanité en qui ils sont et puisqu’il n’y a pas de free riding ou de fair-play dans la compétition mondiale, ils les exploitent tous.

Pour sortir du cycle cruel, les Congolais en RDC et à l’étranger doivent prendre conscience que les Congolais en RDC sont humains, individuellement. Ils méritent donc aussi les aspirations modernes. Ils ont la capacité d’être bons si les motivations culturelles, sociales, politiques et économiques de la RDC rattrapent les normes du 21e siècle.

Les Congolais en RDC, comme les africains en Afrique, sont extrêmement pauvres parce qu’ils vivent dans un pays à faible revenu. Ce n’est pas le simple fait qu’ils soient congolais mais plutôt parce qu’ils sont en RDC. Pour preuve, les mêmes Congolais dès qu’ils émigrent dans un pays à revenu élevé comme l’Allemagne ou les États-Unis, connaissent un changement total et soudain de la qualité de vie en raison de l’accent mis par ces nations sur la sécurité sociale et économique des tous à l’intérieur de leurs frontières.

Jo M. Sekimonyo – Auteur, théoricien, militant des droits de l’homme et économiste politique

1 vue0 commentaire